AccueilMusique

Un des dealers de l’affaire Mac Miller vient d’être condamné à plus de 17 ans de prison

Publié le

par Timothée Van Poecke

Désormais, deux des trois dealers impliqués dans la mort de l’artiste vont être emprisonnés.

Un des dealers de l’affaire Mac Miller vient d’être condamné à plus de 17 ans de prison

Trois hommes ont été impliqués dans le cadre de la mort de Mac Miller par overdose en 2018. Après l’incarcération de Ryan Michael Reavis, condamné à onze ans de prison pour avoir distribué du fentanyl à l’artiste, c’est au tour de Stephen Andrew Walter d’être condamné.

17 ans et 6 mois, c’est la peine infligée par le tribunal de Los Angeles lundi. Stephen Andrew Walter a plaidé coupable à l’accusation de distribution de fentanyl. Le dealer aurait fourni des pilules d’oxycontin contenant du fentanyl au troisième des accusés de cette affaire, Cameron James Pettit. Ces drogues seraient passées de main en main, jusqu’à être fournies à Mac Miller. De la cocaïne et du Xanax ont également été distribués à l’artiste.

Chargement du twitt...

C’est suite à cette interaction que le rappeur a été retrouvé mort le 7 septembre, à cause d’une overdose accidentelle de fentanyl, de cocaïne et d’alcool. "Mes actions ont causé beaucoup de douleur, et j’en suis sincèrement désolé", a déclaré Stephen Andrew Walter, avant d’ajouter : "Je ne suis pas ce genre de personnes qui veulent blesser quelqu’un. Ce n’est pas moi."

L’accusé a déclaré à la cour qu’il avait demandé au premier accusé, Ryan Michael Reavis, de remettre les pilules à Cameron James Pettit. Il croyait que ce dernier avait l’intention de les ingérer lui-même : "Il ne m’a jamais rien dit au sujet de Mac Miller. Il ne m’a pas dit qu’il allait livrer ces pilules à une autre personne."

L’affaire de Cameron James Pettit est toujours en cours. S’il est reconnu coupable des accusations de complot et de distribution de drogue, il risque une peine minimale obligatoire de vingt ans d’emprisonnement, et possiblement la perpétuité sans libération conditionnelle.

À voir aussi sur konbini :